Lycée Kersa. "On mise sur la qualité de l’accueil"

Alors qu’il entame sa deuxième année de direction, Jean-Paul Poirier annonce le projet phare de l’année autour de la place et la vie des élèves dans le lycée. Chaque jeune devra avoir un adulte référent.
Parlez-nous de cette rentrée qui s’annonce...
Je suis très content car après deux années à 230 et 250 élèves, nous passons à 270, avec des classes qui fonctionnent très bien et pour lesquelles nous avons de fortes demandes. Les classes concernées sont les 3e prépa-pro, le bac Melec ou métiers de l’électricité et de ses environnements connectés ; le bac pro commerce avec 30 jeunes par classe et les deux prépas marine marchande ; l’une en filière ingénieurs pour laquelle nous passons de 22 à 33 jeunes et l’autre, en formation machine. Pour les Melec, les jeunes s’engagent dans un contrat avec la Marine. À l’inverse, en soins et services à la personne, nous sommes un peu en souffrance ; nous pouvons accueillir une bonne dizaine d’élèves en plus. En maintenance bâtiment et collectivité, c’est le même constat.
D’où viennent vos jeunes recrues ?
D’un peu partout en Bretagne et en France. Pour les filières qui préparent à la marine marchande, comme il y a peu d’établissements à les proposer, nous recrutons au Havre, comme à Biarritz ou dans les territoires d’outre-mer. Ce qui fait que sur 270 jeunes, nous avons 86 internes cette année. Côté personnel, je peux compter sur 32 enseignants dont six nouveaux et quinze personnes entre l’entretien, la restauration, la surveillance et l’administration.
Vous avez obtenu de bons résultats aux examens ?
Cela va de 70 à 100 % selon les filières et pour la prépa marine marchande, comme ce sont des concours très sélectifs, cela va de 50 à 70 % ; les 50 % concernent ceux qui deviendront les commandants de navires. Il y a plus de demandes de la part des jeunes que d’offres, cela explique ce pourcentage au concours.

Quel est votre projet phare de l’année ?
Cela va être une nouveauté et je souhaite qu’il s’agisse de la vie et de la place des élèves au sein du lycée. Je veux miser sur une rencontre qui fasse un déclic. Dans la vie, une rencontre, ou « la » rencontre qui fait déclic, aide à se révéler, donne confiance en soi. J’aimerais atteindre cet objectif ici et chaque jeune aura un adulte référent. Chacun a besoin d’être reconnu et accompagné, c’est une notion très importante pour moi.

Votre idée de foyer va également dans ce sens ?
Oui, tout à fait. On a déjà beaucoup travaillé sur la qualité de l’accueil, avec des animations, des goûters, des bornes Wi-Fi, tout cela n’a l’air de rien mais c’est très important. Le foyer va se faire en lien étroit avec les jeunes. Cet été, on a cassé deux salles à cet effet et acquis du mobilier adéquat. On va poursuivre dans ce sens.

Des travaux sont en cours ?
Rien sur les bâtiments mais il y a toujours des améliorations à apporter sur l’accueil et la sécurité, des marquages au sol pour les deux-roues, des zones à végétaliser. Cette année, il y a un nouveau logo qui est propre à tous les établissements catholiques bretons.
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/ploubazlanec/lycee-kersa-on-mise-sur-la-qualite-de-l-accueil-30-08-2017-11644490.php#UCv87GtFyvEF5Prv.99