Lycée Kersa. "Ici, il n’y a pas d’anonymat"

Lors des portes ouvertes du lycée Kersa, vendredi et samedi, le directeur, Étienne Aubin, s’est attaché à deux arguments à faire valoir : accompagnement des jeunes et efficacité.

Un temps d’accueil spécifique et privilégié. C’est ce que voulait Étienne Aubin, directeur, pour les moments de portes ouvertes de son établissement, vendredi après-midi et samedi matin. « Avec 240 jeunes que les cinquante membres du personnel connaissent tous par leur prénom, on est vraiment dans un lycée à taille humaine, sans anonymat, et c’est très important pour moi ». Les projets du nouveau chef d’établissement vont dans ce sens.

Faire bouger les lignes
« J’aimerais qu’on travaille plus en cohérence avec les familles car nous nous devons de dialoguer avec nos élèves en les considérant d’abord comme des personnes à prendre en compte avec tout leur contexte familial. En sections professionnelles, notamment, en 3e prépa pro, nous avons des jeunes souvent en souffrance et en rupture avec l’école et un enseignement traditionnel. Avec mes équipes, je veux m’attacher à faire bouger les lignes ».
Étienne Aubin évoque ainsi des cours avec deux enseignants, quand cela sera nécessaire, et des séances à raccourcir, notamment en cours d’anglais. « Je préfère deux fois une demi-heure à la place d’une heure de cours. Nous allons diversifier nos pratiques et aller plus loin afin que nos jeunes soient bien ici. Et je vais m’employer à avoir la maladie de la qualitose à la place de la quantitose. Cette dernière suivra ! ».

Objectif de 10 % de hausse des effectifs
Car le directeur reste aussi pragmatique. « Dans une région qui verra sa population des plus de 60 ans passer à un habitant sur deux dans quatorze ans, contre un sur trois actuellement, et dans un contexte démographique à la baisse, tous les responsables de collèges et de lycées se posent des questions. Pour autant, mon objectif pour la rentrée 2016-2017 est d’augmenter de 10 % les effectifs. Et je compte sur notre sens de l’accueil pour cela. Il fera la différence ».

70 ans de prépa marine
La spécificité du lycée Kersa reste la préparation au concours de la Marine marchande, et ce, depuis 1946, ainsi que le partenariat qui existe depuis 25 ans avec la Marine nationale en bac électrotechnique. « Je suis épaté par des jeunes qui arrivent chez nous à l’âge de 15 ans avec une grande maturité et qui savent très bien ce qu’ils veulent faire ». L’établissement a aussi une filière sanitaire et sociale, composée de jeunes filles qui souhaitent devenir aides-soignantes ou auxiliaires de puériculture. « Nous avons deux demandes pour une place », souligne le directeur, en rappelant avec satisfaction le taux d’attractivité de son établissement.

Texte et photo © Le Télégramme 01/02/2016