Le lycée Kersa-La Salle, de plus en plus prisé

Avec de bons résultats aux examens et un nombre d’élèves en augmentation régulière depuis deux ans, la rentrée 2017 sera sereine pour le lycée professionnel.

« Nous comptons 270 élèves inscrits pour cette rentrée. Il y en avait 250 en 2016 et 230 en 2015, une progression régulière depuis deux ans donc. Nos filières sont très demandées », commente Jean-Paul Poirier, le proviseur du lycée Kersa-La Salle. Les filières les plus demandées sont les prépa-pro, la filière commerce, le bac pro-melec, « très demandé car en partenariat avec la marine nationale ». Mais il reste encore des places en CAP MBC (maintenance bâtiment et collectivité) et en ASSP (accompagnement, soins et services à la personne). « Il est encore possible de s’y inscrire », poursuit Jean-Paul Poirier.
Dans l’équipe, six nouveaux professeurs arrivent portant à 32 membres l’équipe pédagogique du lycée.

Un nouveau foyer autogéré

Les conditions de vie dans l’enceinte du lycée s’améliorent aussi. L’an passé, l’accent avait été mis sur l’internat en installant la Wifi et des écrans TV. Cette année, le lycée ouvre un nouveau foyer pour les élèves. « Il a été conçu par et pour les élèves. Nous avons réuni deux pièces. Ils y trouveront un mur d’expression, du mobilier à minima. Les lycéens seront chargés de faire vivre le foyer et de le développer. Ils en ont même fait le règlement intérieur. »

Le tutorat expérimenté

« Une rencontre, un déclic : c’est le slogan de la vie lasallienne que nous voulons appliquer », explique Jean- Paul Poirier. Le lycée met ainsi en place un service de tutorat entre les élèves et le personnel pédagogique. « Il faut être là si l’élève rencontre des difficultés ou des obstacles dans sa scolarité. On ne laisse personne sur le bord du chemin. »

L’établissement poursuit aussi ses partenariats avec les entreprises locales. « Une façon de confronter les élèves aux réalités de la vie quotidienne et de leurs futurs métiers. »

Le lycée affiche de bons résultats aux examens de fin d’année. Une note d’encouragement pour le proviseur qui effectue sa deuxième rentrée à Kersa. « Le nombre des inscrits augmente, il ne faut pas relâcher notre effort. Mais l’établissement peut encore évoluer et être plus attractif. Kersa, ce n’est pas non plus que les formations dans la marine marchande, même si on est connu pour ça. On a besoin d’être reconnu pour nos autres spécificités qui ne sont pas liées à la marine. »